Eviter sucre, sel et viandeComment vous sentez-vous après un repas? Satisfait, gavé, plutôt lourd? Lorsque l’on veut changer ses habitudes alimentaires pour adopter une alimentation saine et équilibrée qui protège notre santé, il faut dans un premier temps prendre conscience de ce que l’on met dans notre assiette et ensuite accepter de supprimer ou de limiter certains aliments.

Il ne s’agit pas de se mettre « au régime », mais simplement de prendre conscience que certains aliments nous font du bien et d’autres pas. Et bien sûr d’agir en conséquence! Là aussi, en matière d’alimentation, tout est une question d’équilibre et de juste milieu. Un bon petit pain au chocolat de temps à autre, c’est bien si ça fait plaisir, tous les jours c’est trop.

1. Eliminer le sucre

Certains médecins parlent du sucre comme d’un poison! Le sucre est responsable de la sécrétion d’insuline par le pancréas qui fait de son mieux pour réguler le taux de glucose sanguin. Les cellules de notre organisme finissent par développer une résistance à l’insuline, ce qui peut conduire à un diabète de type 2 ou être responsable du stockage des graisses dans l’organisme.

Il est donc conseillé d’éviter les aliments trop riches en sucre et de privilégier ceux à index glycémique bas.

Pensez à lire les étiquettes quand vous faites les courses, le sucre est quasiment partout, même là où on s’y attend le moins (le jambon, les moutardes, etc). Choisissez de préférence les confitures « sans sucres ajoutés » ou bien celles qui sont au fructose.

Et si vous avez du mal à boire du café sans sucre, posez-vous simplement la question: « est-ce que j’aime le café ou bien le sucre que je mets dedans? »

2. Limiter le sel

Le sel est responsable de la rétention d’eau, et c’est un moindre mal si l’on considère que la consommation de sel est en corrélation avec l’hypertension artérielle, les accidents vasculaires et une augmentation de l’ostéoporose.

Il est donc recommandé de saler moins. L’industrie agroalimentaire fait des efforts (et nous le fait bien savoir à grands renforts de publicité), à nous de faire les nôtres. Savez-vous que le sel peut être remplacé par des épices ou des herbes aromatiques?

Toutefois il faut savoir qu’environ 75% de notre consommation de sel provient de produits alimentaires transformés (pain, céréales, fromages, charcuterie, plats préparés, etc). Alors là aussi attention à la « consommation cachée » et lisez les étiquettes.

3. Réduire sa consommation de viande

La viande apporte des protéines à notre organisme, d’accord. Mais d’une part, nous avons tendance à consommer trop de protéines (beaucoup plus que notre activité physique n’en requiert, dixit mon amie médecin) et d’autre part, à moins d’acheter des viandes d’origine bio, elles nous apportent aussi des hormones et antibiotiques utilisés par les élevages industriels.

Manger de la viande 2 ou 3 fois par semaine est suffisant. Pensez également que les volailles, le jambon ou la charcuterie, c’est aussi de la viande!

Remplacez les protéines animales par des protéines végétales (céréales, légumineuses, amandes, noix, etc).

4. A consommer avec modération

Les produits laitiers – En réduisant ma consommation de produits laitiers je me suis rendue compte que je digère beaucoup mieux et j’ai même éliminé quelques kilos. En me limitant à un produit laitier par jour, je me sens beaucoup mieux. Bien sûr notre corps a besoin de calcium, mais savez-vous que le calcium se trouve également en bonne quantité dans les sardines à l’huile, le chocolat, les amandes, le persil, le tofu, la mâche…

Le gluten – Comme son nom l’indique, le gluten c’est de la glue, une substance pâteuse et collante qui adhère à la paroi instestinale et ralentit le passage des aliments. Là aussi en réduisant ma consommation, je digère beaucoup mieux.

5. Mes croisades personnelles

Que ce soit pour des raisons éthiques, physiques ou écologiques, j’ai éliminé de mon assiette certains produits parce que je considère qu’ils ne sont pas en accord avec mes valeurs de vie.

Les graisses hydrogénées – Présentes dans presque toutes les margarines, biscuits, plats préparés, etc, elles augmentent le mauvais cholestérol et diminuent le bon. C’est une bonne affaire pour l’industrie agro-alimentaire (les produits se conservent plus longtemps et le coût de production est bien moindre)  et une belle catastrophe pour notre organisme.

L’huile de palme – Même chose que pour les graisses hydrogénées, l’huile de palme, trop riche en acides gras saturés, favorise l’augmentation du mauvais cholestérol et le bouchage des artères (donc en corrélation avec les maladies cardio-vasculaires). Un bonne affaire pour l’industrie alimentaire (l’huile de palme est bon marché), beaucoup moins bonne pour les agriculteurs des pays pauvres qui la cultivent. C’est aussi une catastrophe écologique. Pour plus d’informations, je vous conseille le blog Vivre sans huile de palme, très complet en terme d’informations.

En résumé, pour une alimentation équilibrée, éliminez le sucre, salez moins, faites attention à votre consommation de viande, de produits laitiers et de gluten.

Vous avez aimé cet article? Vous voulez en parler? Laissez-moi un commentaire. Merci.

Share Button

Ces articles peuvent vous intéresser