Les 4 obstacles à la réussiteQu’est-ce qui nous empêche de réussir? Quels sont les obstacles internes à notre réussite (professionnelle, sociale, amoureuse, personnelle…)? J’ai évoqué dans de précédents articles la conférence sur ce thème donnée par Brigitte André, coach et formatrice, lors du sommet mondial de la réussite 2012.

J’ai consacré un premier article à l’acceptation molle (notre propension à accepter une situation qui n’est pas ou plus satisfaisante), puis un deuxième à notre propre résistance au changement.

Je voudrais aborder maintenant le 3è obstacle: agir pour agir, mais pas pour réussir.

 

Agir pour agir, mais pas pour réussir

Nous sommes bien conscient que pour changer, quel que soit le changement que nous souhaitons, il nous faut passer à l’action. Alors on s’y met et on s’agit et on s’agite. Sauf que dans bien des cas on agit (on s’agite) pour se donner bonne conscience, pas forcément pour réussir.

Explication par l’exemple. Il y a un certain temps je voulais proposer des ateliers-conférences de sophrologie pour développer mon activité. J’ai recensé les endroits qui seraient éventuellement intéressés à m’accueillir et il me fallait donc téléphoner pour obtenir un rendez-vous avec le responsable. Premier coup de fil, la personne est en rendez-vous, on ne sait pas quand elle sera disponible. Je raccroche et voilà, je suis contente, j’ai bonne conscience, j’ai finalement passé ce fameux coup de fil, c’est trop dommage que ça n’est pas marché…

Je suis sûre que vous avez comme moi plusieurs exemples en tête, ces situations où on a fait ce qu’on devait faire, ça n’a pas abouti, et on s’arrête là, la conscience tranquille (et parfois en toute bonne foi), j’ai fait tout ce que j’ai pu et ça n’a pas marché, tant pis. Sauf que non. On a agi pour agir, pas pour réussir.

 

S’engager à 100%

Quand on n’a décidé d’un but, qu’on s’y engage à 100%, la meilleure qualité qu’on puisse cultiver, c’est la persévérance. Continuer à agir jusqu’à la réussite. Continuer à téléphoner, à demander, à frapper à d’autres portes, à essayer d’autres méthodes, etc, tant qu’on n’a pas obtenu ce que l’on veut.

Visiter 20, 30, 40 appartements tant qu’on n’a pas trouvé celui que l’on veut. Aller voir 1, 2, 5 banques différentes tant qu’on n’a pas obtenu le financement nécessaire. Continuer à fréquenter les réunions sociales même si on s’y sent encore bien seul. Continuer à cultiver de nouvelles habitudes alimentaires même si on n’a pas perdu un gramme depuis 3 semaines. Etc.

En conclusion, pour vaincre ce 3è obstacle, faire le point sur nos actions: ai-je vraiment et sincèrement tout essayé? Qu’est-ce que je peux faire autrement? Quelles sont les pistes que je n’ai pas encore explorées? Et continuer, encore et encore.

Pour récapituler : l’acceptation molle (1er obstacle), notre propre résistance au changement (2è obstacle), et pour continuer vers le 4è: Capitaliser notre estime de soi.

Vous avez aimé cet article? Vous voulez continuer la discussion? Laissez-moi un commentaire. Merci.

Vous voulez être informés des prochaines publications?
Inscrivez-vous à la NEWSLETTER
et recevez en cadeau une pause-détente
(format MP3 – 6 minutes)
* champs requis
Share Button

Ces articles peuvent vous intéresser